Historique Micheline - Voyage Madagascar  

© 2017 dmnqdumas@gmail.com

 

BREF HISTORIQUE DE LA "MICHELINE"

 Historique :

 Cette invention, due à André Michelin, avait pour objectif d'améliorer le confort des voyageurs. Elle a nécessité la mise au point d'un pneu-rail creux spécial, capable de rouler sur la surface de roulement réduite offerte par le champignon du rail, de franchir les aiguillages et aussi capable de résister à la charge de véhicules ferroviaires. Ce pneu dont la première version a été brevetée en 1929, sera par la suite réalisé avec une structure métallique plus résistante. Le guidage de la roue sur le rail est assuré par un boudin métallique solidaire de la jante. Il fallut également construire des véhicules assez légers, en utilisant des techniques venues de l'aviation, avec une caisse en duralumin. Le premier prototype de micheline fut présenté aux compagnies en 1931.

Pour assurer la promotion de son invention, Marcel Michelin, le fils d'André Michelin, organisa une démonstration record le 10 septembre 1931. Le prototype Michelin n° 5 fit un aller et retour entre Paris Saint-Lazare et Deauville, parcourant au retour la distance de 219,2 km qui sépare les deux gares en deux heures pile, soit 107 km/h de moyenne.

 

  Micheline type 11

 En 1932, fut mis en service la « micheline 24 places », baptisée type 11, dont onze exemplaires furent fabriqués. Très similaire à un véhicule routier, elle était composée d'un tracteur à trois essieux (essieu moteur central) et d'une semi-remorque équipée d'un bogie à deux essieux à l'arrière. La caisse de la remorque était à ossature en aluminium revêtue de contreplaqué. Comme elles n'avaient qu'un poste de conduite à l'avant, il était nécessaire de les retourner en fin de parcours. Les premières furent mises en service par la compagnie des chemins de fer de l'Est le 21 mars 1932 sur la ligne Charleville-Givet. Ces autorails furent retirés de la circulation en 1939.

Plusieurs michelines furent construites aux États-Unis par la compagnie Budd (célèbre pour son utilisation innovante de l'acier inoxydable).

 

 

 

  Micheline type 16

 En 1933, fut mise en service la micheline à 36 places assises, type 16, d'un type ferroviaire plus classique, munie de deux bogies de trois essieux et équipée d'un poste de conduite surélevé au-dessus du toit, qui la rendait réversible. Elle pouvait être utilisée en couplage. Sa vitesse maximale était de 90 km/h. Le moteur à essence était un Hispano de 12 cylindres en V de 220 ch à 3000 tr/min. Le poids à vide en ordre de marche est de 8 tonnes, la charge normale de 4 tonnes. La forte adhérence du pneu sur le rail permet des accélérations et des freinages spectaculaires, d'où l'intérêt de la micheline pour des services à arrêts fréquents. Lancée à 90 km/h la micheline s'arrête en une quarantaine de mètres ! 26 michelines de 36 places (type 16) seront construites en 1934 et 1935. l'État en commande 19 exemplaires numérotés ZZy 24221 à 24239. Elle seront renforcées de 2 autorails de type 17, les ZZy 24261 et 24262 à l'arrière effilé.

En 1933, le PLM met en service au dépôt de Grenoble ses 2 premières Michelines ZZR 1 et 2 qui, après des essais sur la ligne Lyon - Grenoble (trajet effectué en 1h05) et sur la ligne des Alpes, ont été transférées le 20 septembre 1935 au dépôt de Besançon.

Micheline type 20 à 22

En 1934, apparaît un modèle allongé de deux mètres offrant 56 places et équipé de deux bogies à quatre roues. Ce modèle était jumelable, mais nécessitait deux conducteurs, seul le frein étant couplé grâce à une conduite générale à air comprimé (système Westinghouse). Entre 1934 et 1937, 52 exemplaires seront mis en service. L'État commande :

deux type 20 en 1934 : les ZZy 24271 et 24272

13 type 21 en 1935 : les ZZy 24273 à 24287

sept type 22 en 1936 : les ZZ 24288 à 24295

En 1935, un autorail destiné au réseau PO-Midi fut présenté par Dunlop, concurrent de Michelin, et construit par les établissements Fouga, d'où le nom 'Fouga-Dunlop'. Ce prototype, qui n'eut pas de suite, avait 2 bogies de 4 essieux dont les 2 extrêmes avaient des roues métalliques classiques assurant le guidage sur le rail et les 2 intermédiaires équipées de pneumatiques sans boudin assurant le portage.

 

  Micheline type 23

 En avril 1936, Michelin présente un autorail de 96 places (dont 16 strapontins), le type 23, constitué d'une caisse unique, de 30,36 m de long, montée sur trois bogies de quatre essieux. Le moteur Panhard, un 12 cylindres de 400 ch était placé sur le bogie central qui pouvait se déplacer transversalement, la caisse reposant sur les bogies porteurs d'extrémités. Il y avait une cabine de conduite à chaque extrémité. La vitesse maximale était de 135 km/h. Entre 1936 et 1938, l'état se porte acquéreur de 10 exemplaires immatriculés ZZ 24241 à 24250. Ces engins ont circulé en France jusqu'en 1952.

 

  Micheline articulée type 33

 En 1936, Michelin sort le type 33, une rame articulée de trois éléments sur 4 bogies, les deux bogies centraux étant motorisés chacun par un moteur Hispano-Suiza de 250 ch (184 kW) disposés dans l'élément central. Les caisses d'extrémité accueillent l'une 48 passagers de première classe l'autre 60 places de seconde. Un poste de conduite est implanté à chaque extrémité. La rame mesure 45,2 m.

 

 

POUR VENIR A MADAGASCAR

Les circuits et séjours présentés sur ce site sont  gérés par différentes agences réceptives ou/et prestataires officiant sur la Grande Ile depuis de nombreuses années.

Elles/ils sont sélectionnés en fonction de leur connaissance de la partie de l'ile ou se déroule votre circuit ainsi qu'en fonction de leur particularité.

Ce sont également elles et eux qui gèrent la partie facturation de votre circuit.

 

voyage-madagascar.net est le site-catalogue d'un consulatnt en tourisme à Madagascar relayé sur le terrain par des équipe Franco-Malgache réceptifs de plusieurs agences de voyage françaises. Vous trouverez sur ce site, une page de contact pour recevoir des informations sur le voyage, les infos pratiques, les différents circuits classiques (Découvertes malgaches, nature malagasy, hautes terres aux sables blancs, les pangalanes, la grande boucle du sud, Tsingy et Baobabs), les circuits randonnées (La route du sud, mada du nord au sud, de Diégo à Nosy Be, Antalaha cap Massoala Tana, Zafimaniry Andringitra Vezo, et Tana Fort Dauphin), Grandes randonnées (des orchidées aux jacinthes d’eau, des orchidées aux Aloès et au pays des pierres), Treks (combiné Zafimaniry Betsiléo Tanala, Ibity Isalo Makay Vezo, Ankaratra Mont Ibity Pic Boby Makay Vezo et Tsiribihina Tsingy Baobabs Makay Vezo), des circuits VTT, des circuits Eau Vive et Cabotage, Circuits Quad, circuits à thème, camp Vezo, circuits Accessibles, circuits croisières, séjours solidaires, birdwatching, des circuits à la carte, les conditions générales ainsi que des liens partenaires.