C. Croisières en bateaux traditionnels - Voyage Madagascar  

© 2017 dmnqdumas@gmail.com

Croisières

"Croisières découvertes en bateaux traditionnels"

Basé à Nosy Be, notre partenaire vous propose des circuits découvertes de la côte Nord ouest malgache à bord de bateaux traditionnels de la région :

Soit en grande pirogue de voyage Sakalava

Soit en boutre traditionnel Sakalava

Vous irez là où les autres ne vont pas, à la rencontre d’un grand Madagascar profond, magnifique et méconnu. Dans ce contexte, vous n’irez jamais à Nosy Komba, Nosy Antanikely ou Nosy Mitsio, mais vous irez dans des endroits fabuleux dont vous n’avez jamais entendu parler.

LA PIROGUE :

La pirogue Sakalava fait partie de la grande famille « des pirogues à balancier » que l’on trouve principalement en Asie, en Polynésie et en Afrique de l’est.
Les pirogues à balancier de Madagascar tirent leur origine de deux régions principales : l’arc Indonésie – Bornéo (pirogues à deux flotteurs ) et le Sri Lanka (pirogues à un seul flotteur).
Ce sont probablement des marins égarés et non des grandes migrations qui ont amené ces premières pirogues sur le littoral ouest Malgache.
Le brassage culturel, les contraintes spécifiques de l’environnement de la côte ouest, et le bon sens marin ont progressivement fait évoluer ces deux influences vers la pirogue typiquement Sakalava que nous connaissons aujourd’hui. Elle est composée d’une coque centrale étroite ( le plus souvent entre 4 et 9 mètres) constituée par un tronc creusé surmonté de plusieurs pièces de bois et planches assemblées. La forme de l’ensemble est très hydrodynamique et rappelle les gondoles Vénitiennes… et les multicoques de course moderne.

Le flotteur, toujours à droite, est construit massivement dans un bois très léger. Il est relié à la coque par deux perches en bois extrêmement souples et solides. Le tout est habilement fixé par des cordages qui confèrent à l’ensemble une grande résistance tout en garantissant une certaine souplesse
.

Nos pirogues appartiennent à la catégorie des "grandes pirogues"  Elles mesurent entre huit et treize mètres et pèsent parfois plusieurs tonnes. Autrefois, les rois et les reines sakalava s’en servaient pour entreprendre de véritables expéditions guerrières, allant parfois jusqu’aux Comores (800 km aller/retour). Lors de ces expéditions, elles pouvaient porter jusqu’à quarante hommes par pirogue. Aujourd’hui, ces grandes pirogues de voyage existent encore.
Elles servent parfois pour la pêche au filet, mais surtout à transporter des produits locaux (planches, charbon, troncs de palétuviers, noix de coco, oranges, riz, raphia et feuilles de ravinala). La voile est en général triangulaire, presque comme les voiles latines des « felouques » du Nil, mais il arrive que certaines pirogues soient équipées de voiles auriques avec foc et grand-voile. En brousse, elles représentent un signe extérieur de richesse, c’est la camionnette de la mer, un véritable outil de développement quand on vit en brousse et qu’on cherche à gagner un peu d’argent.

Elles ont été entièrement réalisées à la main par un maître charpentier Sakalava. Leur dimension exceptionnelle, la qualité des bois qui les constituent, alliés à l’énorme travail que représente leur achèvement, confèrent à ces bateaux une dimension passionnelle peu commune :
six essences de bois différentes, des troncs énormes pour creuser les bases, des semaines en forêt pour fabriquer les imposants flotteurs, des mois pour les acheminer à la mer,
et encore des mois d’un travail très précis afin d’assembler le tout selon la tradition.


LE BOUTRE :

 Les boutres sont des bateaux d’origine arabe. Leur histoire extraordinaire remonte à plus de mille ans, et le royaume de ces bateaux sortis de la nuit des temps s’étend du sud de l’Inde jusqu’au Nord Ouest de Madagascar en passant par le Yémen, Djibouti, Le Kenya, La Tanzanie, et enfin, Les Comores

Ce sont des bateaux solides et bon marcheurs, destinés au transport ; et leur faible tirant d’eau leur permet, comme les pirogues, de se faufiler partout. Ils sont larges (environ 1/3 de leur longueur), bien défendus sur l’arrière, leur étrave est pointue, et ils portent une (ou deux) voile(s) triangulaire(s) (un peu comme les voiles latines) appuyée sur un (ou deux) mât(s) considérablement incliné(s) vers l’avant. C’est d’ailleurs la forme de cette voile qui conditionne l’appellation boutre. Encore très présents sur les mers du Golfe d’Aden et de « la corne d’Afrique » jusqu’en 1970, les différentes variantes de boutres n’ont pu résister à la course au progrès, et ils ont aujourd’hui, quasiment disparu au profit de coques en bois motorisées.
Insensible aux grands bouleversements économiques de la fin du vingtième siècle, le Nord Ouest de Madagascar est la dernière région au monde où des centaines de boutres naviguent encore exclusivement à la voile.

Aujourd’hui encore, à Nosy Be, le spectacle de ces voiles aux formes de plumes d’écrivain fait partie intégrante de notre paysage marin. Leur omniprésence dans le décor pourrait presque nous faire oublier la magnifique valeur culturelle que représentent ces bateaux fabuleux.
Autrefois trafiquants d’esclaves, d’armes, de perles et d’or, ces navires tout droit sortis d’un conte des mille et une nuits, se sont lentement adaptés à l’histoire particulière de Madagascar. Ainsi, au fur et à mesure, ces véritables camions des mers se mirent au service d’une nouvelle économie, et, encore de nos jours, ils transportent à la voile tous les matériaux traditionnels de construction qui sortent de la brousse (feuilles de ravinala pour la confection des murs et des toits, raphia, poteaux de palétuvier, madriers, chevrons et planches de bois durs), mais également, du riz, des noix de coco, des oranges, des bananes, des poissons séchés, des zébus, des chèvres et des poulets

A l’aube du troisième millénaire, les boutres participent en fait encore très activement au développement économique de l’île de Nosy Be

Notre boutre s’appelle « KARAKORY »,

 

 

Il a été construit dans les îles Radamas, au bord d’un lagon, à quatre vingt dix kilomètres au sud de Nosy Be. Entièrement réalisé à la main par un maître charpentier Sakalava et son aide, sa construction dura plus de cinq ans. Tous les bois utilisés représentent une référence en matière traditionnelle. Sa mise à l’eau nécessita une grosse fête et six cent personnes, le sacre de cinq zébus, plus de sept cent kilos de riz ainsi qu’une quantité non négligeable de vin de palme et autres rhums locaux. Bref, le Canal du Mozambique peut être fier aujourd’hui de porter sur son dos un des plus beaux boutres de Madagascar

Tout a été conçu à bord pour porter vos rêves au delà des normes. Le confort ludique qui caractérise nos prestations en général y est plus grand que sur les pirogues ; tapis, espace, ombre généreuse, plateaux arabes, thé et coussins safran font partie du décor quotidien.

Le boutre nous plonge plus facilement dans les « Contes Des Mille et Une Nuits » , l’effet Shéhérazade est garanti. Cependant les activités tant à terre qu’en mer sont exactement les mêmes que dans un circuit en pirogue.

Une Journée Type

Nous nous levons de bonne heure (6 heures env.) car il faut partir tôt pour profiter de la douceur du soleil, des eaux calmes, du chant des oiseaux et des vents favorables.
Vers 8 heures, nous pouvons lever l'ancre et voguer en direction de notre destination du jour. En général, nous prévoyons des étapes de 20 à 30 km et nous naviguons surtout le matin.
La plongée est quasi quotidienne (1 h 00 env.), nous plongeons en cours de route sur des sites que nous sommes les seuls à visiter. Ces spots aquatiques sont riches et variés, absolument différents les uns des autres.

 

 

Si la pêche sous-marine n'est pas une nécessité au cours des 3 premiers jours, elle le devient à partir du 4ème jour, car dans ces contrées reculées, nous devons pourvoir à notre nourriture. Des arbalètes de pêche sous-marine sont à la disposition de tous, mais que l'on se rassure, les marins se débrouillent très bien pour pêcher notre poisson en abondance. Toutefois, il ne faut pas oublier que le but fondamental de ces visites aquatiques est de se faire plaisir en admirant un monde magnifique et totalement préservé. Les Dieux sont cléments, car une brise thermique salutaire se lève vers 10h30 du matin et nous pousse gentiment vers notre prochain bivouac où nous arrivons vers midi.

Déchargement et repas à l'ombre généreuse d'un badamier ou d'un cocotier. Sieste, farniente, baignade suivent le repas. En milieu d'après-midi, le soleil étant moins ardent et la nature s'étant à nouveau réveillée, nous nous baladons aux alentours (1 à 2h00) pour observer la faune et la flore du lieu, souvent endémique et toujours différentes. C'est également l'occasion de visiter un village, de ramasser des citrons, des mangues, de goûter des fruits inconnus ou de remonter une rivière à bord de la pirogue. Mais les journées sont courtes, la source est à côté, l'eau est belle et fraîche, le soleil descend et sa lumière dorée arrose le paysage environnant...

Vite, allons nous doucher avant que la nuit ne s'installe. Le soir, apéro et repas sous les étoiles et puis... Bonne nuit !

NB: Dans certains cas, la richesse d'un site et le rythme du circuit nous conduirons à passer deux nuits au même endroit.
Cela nous permettra d'approfondir la découverte d'une région et, par conséquent, de nous baigner plus longuement dans cet univers unique et méconnu qu'est la terre Sakalava

Les tarifs (Pour 2 personnes) 

En pirogue : le tarif à la journée est de 130€ par percsonne et passe à 100€ à partir de 3 personnes.

En boutre : le tarif à la journée est de 180€ par personne et passe à 120€ à partir de 3 personnes.

Nous pouvons vous organiser des croisières de 3 à 21 jours selon vos désirs.

 

POUR VENIR A MADAGASCAR

Les circuits et séjours présentés sur ce site sont  gérés par différentes agences réceptives ou/et prestataires officiant sur la Grande Ile depuis de nombreuses années.

Elles/ils sont sélectionnés en fonction de leur connaissance de la partie de l'ile ou se déroule votre circuit ainsi qu'en fonction de leur particularité.

Ce sont également elles et eux qui gèrent la partie facturation de votre circuit.

 

voyage-madagascar.net est le site-catalogue d'un consulatnt en tourisme à Madagascar relayé sur le terrain par des équipe Franco-Malgache réceptifs de plusieurs agences de voyage françaises. Vous trouverez sur ce site, une page de contact pour recevoir des informations sur le voyage, les infos pratiques, les différents circuits classiques (Découvertes malgaches, nature malagasy, hautes terres aux sables blancs, les pangalanes, la grande boucle du sud, Tsingy et Baobabs), les circuits randonnées (La route du sud, mada du nord au sud, de Diégo à Nosy Be, Antalaha cap Massoala Tana, Zafimaniry Andringitra Vezo, et Tana Fort Dauphin), Grandes randonnées (des orchidées aux jacinthes d’eau, des orchidées aux Aloès et au pays des pierres), Treks (combiné Zafimaniry Betsiléo Tanala, Ibity Isalo Makay Vezo, Ankaratra Mont Ibity Pic Boby Makay Vezo et Tsiribihina Tsingy Baobabs Makay Vezo), des circuits VTT, des circuits Eau Vive et Cabotage, Circuits Quad, circuits à thème, camp Vezo, circuits Accessibles, circuits croisières, séjours solidaires, birdwatching, des circuits à la carte, les conditions générales ainsi que des liens partenaires.